Image

Raspberry

65da868587a4ca6be1080b10f0d60db3

 

She cuddles in her arm chair, starring to the good-looking man sitting in front of her across the table.

The Café wasn’t that crowded today. At least that’s how it looks to her…Or is her deserted soul spreading the emptiness around her?

She doesn’t know.

He looks annoyed, glaring aimlessly through the big window, obviously trying to avoid her inquiring stares. His fidgeting fingers are continuously drumming on the table.

Is he that desperate to leave?

  • So… how are you? She asks with a faint smile.
  • Good, I guess…. and, how are you? He answers with a bit of confused expression.

She let out a little laugh, covering her lower lip and her chin with a well-manicured hand, mattering playfully:

  • I don’t think we set up this Rendez-vous for the mere reason to ask each other if we are doing okay…
  • Right… we need to catch up… it has been a while…like… how long was it already?

Now he is more relaxed, as if her joyful attitude cleared all the warning thoughts whispering in his head. He is relieved. She doesn’t know. She will not. He knows what he is doing.

  • Well, since the day you got a girlfriend.

His fingers stop halfway from the surface of the table. His eyes are now fixing her, all filled with anger.

-And what is that supposed to mean?

-Probably nothing more than the truth. You were so busy with your lover, you didn’t feel the necessity to “catch up” with me.

-That’s not true. You know well enough that the disappearing one was you. I couldn’t reach you on facebook, you stopped talking, calling… you seemed so far away… so reserved. I couldn’t get the courage to approach you.

– You should have called… I mean it. I wasn’t avoiding you of course and I don’t need to voice it out in order for you to believe it. I just… wanted some space from the crowdy town.

– crowdy town? He asks, one eyebrow slightly raised.

She nods, looking into her cup of Raspberry juice.

  • Facebook, that is…

Then, she raises her head to face him, overwhelmed with sincere apology:

  • But I didn’t know you would need me.
  • I needed you… I still do, you know.

His hand reaches to hers, caressing it gently.

His eyes… Those golden, pretty things. The part she loves the most about him. Those eyes are gazing at her lovingly.

 

She clears her throat as she feels her cheeks burning. She recalls all the sweet memories with him. Motorbike racing in the highway under the clear sky of May, the mountain hiking in Japan… So many memories, all equally valuable to her poor heart which still loves him as dearly as ever.

She has always thought of him as her boyfriend. He always acted like the best one a girl can hope for.

Until the day he told her he finally got a girlfriend.

  • How is Mary doing? She asks as she releases her hand.
  • We broke up actually, he replies, leaning back to his chair.
  • Why? What happened?
  • We didn’t get along.

Simple, short answers. He clearly doesn’t want to discuss it further.

-Does it hurt? She cannot help but ask.

– A little. Actually, it hurts a great deal, and that’s why I need you.

Okay. Clearer that that she dies: She is officially his crying shoulder.

But now that she thinks about it, he didn’t know Mary for a long time. Was it late September? Just four months! Is it enough to love someone that much?

  • For how long were you together, you and Mary?
  • It was our First anniversary last month.
  • Are you sure?
  • Yes. Why are you asking?
  • I am asking you for how long you went out, not for how long you were acquaintances.
  • Yes, I heard you. One year.
  • Wasn’t it from last September?
  • No, that was when we got engaged.
  • ENGAGED!!!

She notices people turning around as she raises her voice. Then in a lower tone:

  • Engaged! You didn’t tell me!
  • Never mind. It’s all in the past now.
  • No, it isn’t!
  • Anyway I …
  • One year… last January, isn’t it?
  • Exactly.

His answer awoke her doubts.

  • Tell me, the night you walked me home and it was snowing, wasn’t it in February?
  • I… I don’t quite remember actually… he says carefully.
  • You don’t? Did you forget how you hugged me, whispering something in my ears.
  • Now, did I do that!

She fixes him angrily. She seems to be lost in a typhoon of thoughts, all contradictory.

  • Hey, Sarah darling… You know … maybe it was before February… wasn’t it December? Yes, I am sure, it was Christmas back then.
  • A moment earlier you don’t remember anything about it. Now you claim to remember better than me. What? Christmas? She murmured, smiling bitterly. And Am I supposed to be fooled by you once more?
  • Anyway, I don’t see your point, He says coldly.
  • You are as shrewd as ever. As manipulating, insincere… Having a girlfriend and fooling with my heart behind her back. How can you do this to me?
  • Look here! I’ve never thought of you in the way you think. You are a friend… A dear one, that is.
  • Ha! Are you supposed to kiss the neck of your female friend, telling her that you love her, send her red flowers and stuff? You are making me sick!
  • Don’t blame me for your own foolishness. You got the wrong idea. That’s your own mistake.

She checks her wrist watch in a very bored way, and stands up to her feet. She leans to his ears, muttering coldly:

  • You know what? Screw you, Ass ****!

Then she picks her glass of Raspberry juice and throw it to his face.

His head was literally soaking in reddish liquid, but everyone can notice his cheeks burning of humiliation.

As for Sarah, she already took her purse and is now walking her way towards the entry, without looking back.

 

-THE END-

 

 

 

 

Publicités

…Et sans pré-avis

La vie est une garce! et quand je dis « garce » alors là…

C’est comme lorsque tu es tranquille dans ton coin et qu’un môme te sort de nulle part et te jette une balle plein la figure, et qu’en une seconde tu es déjà en train de survoler  la rue en courant à sa poursuite… pieds à moitié nus et gueulant à tu-tête… Tu vois bien de quoi je parle?… non? Bein c’est normal t’es encore petit pour comprendre ces choses… Tu sais combien ça m’a coûté d’être mieux informée que toi? En deux mots: Deux mois! Soixante jours! Mille quatre cents Quarante heures de vie vagabonde, toute seule! Et oui 😦 Moi, le froid de Décembre, la pluie torrentielle de Janvier, la faim qui me dévore (Ces corbeilles sont une vraie cata! aucune hygiène, je ne comprends pas le goût des autres qui les fréquentent à chaque heure de repas!). Tout ça mais le plus pire était la Peur. Peur de mourir, peur de ne plus revoir ma famille, peur des autres, peur de la solitude… Bref, peur de toutes les choses horribles qui puissent arriver à quiconque qui n’a nulle part où aller.

Je grandis dans une famille de six membres, nous menions une vie paisible dans notre grand appartement. Les matinées je les passait allongée sur  la longue chaise du salon, où en  train de me bronzer sur le toit. J’étais heureuse.

Or, cette période, aussi délicieuse et paradisiaque fut-elle,   était de courte durée.

Ainsi, un jour… non, c’était un soir, tout a commencé.

A suivre…

Auteur: Biscuit.

Au Café …

 

Bonjour mon cher ami,

Tu m’as énormément manqué… 찐자야[1] !

Je suis assise à une table au café près de mon ancien chez-moi. Des immeubles construits à mi-chemin se dressent devant moi… Des ruines blanches tâchées de gris… Seuls, comme si, par une anomalie astrologique quelconque, ils ont débarqué du passé… un passé très lointain… C’est fou, je le sais, mais j’ai vraiment l’impression que ces fenêtres sans volets, à l’arrière-plan noirâtre, murmurent quelques choses, comme si les esprits qui y ont vécu un jour, continuent d’y vivre, isolés, complètement sourds aux bruits citadins.

Journal, ça me plait, cette sensation.

Tu sais, comme si une neige très épaisse emprisonne les parois de mon cœur… et là… je la sens fondre. Je vois le rouge vif chassant, en ai-je l’impression, chassant le blanc froid de cette neige paralysante.

Non, pardon journal… C’est encore une de ces illusions impertinentes.

Autour de moi, à part une demoiselle là-bas au fond, il y a des hommes partout. L’odeur des cigarettes qui brulent entre une demi-douzaine de doigts comme des cheminées miniatures… Cette odeur me grise.

Tu me trouveras surement bizarre, mais j’ai toujours considéré les cigarettes d’un œil sympathique, malgré tout le mal que l’on puisse en dire… C’est plus fort que moi je t’assure ! Cette odeur est délicieuse. Si jamais Dior, ou Gucci ou que sais-je encore, décide de créer un parfum de cigarettes, je serais probablement sa première acheteuse.

En parlant d’achat, j’ai veillé hier jusqu’à trois heures du matin… Oui, encore un Kdrama. Shopping King Louis. C’est fou, mais d’où est ce que ça leur vient, ces idées ! Débiles, ok. Farfelues, je ne peux te contredire … Mais n’empêche que ce sont des idées…  Sensées, ordonnancée, amusantes… Je veux en avoir aussi ! Bon, sang, je suis trop terre-à-terre ! 0 imagination ! Réalisme fanatique ! Or, je suis désespérée pour un petit grain d’imagination. Je veux commencer mon deuxième roman, donc j’ai vraiment besoin d’idées. J’espère que ça ne tardera pas.

Dehors, le ciel s’est assombri. Le paysage est plus amical qu’il ne l’a été, un instant plus tôt. Même si les vitres m’empêchent de le sentir (physiquement), je sens l’air dehors chargé de compassion au point de croire que le ciel est sur le point de fondre en larmes.

Les cigarettes… ça me rappelle Jane Eyre, lorsqu’elle se tenait sous le feuillage du grand chêne, droite et comme hypnotisée par l’odeur « grisante » selon sa propre expression, du cigare que fumait Mr. Rochester et qui parvenait à elle par la fenêtre de son bureau où il rédigeait une quelconque missive.

Rochester… Le nom seul me rappelle plein de beaux souvenirs.

Il reste encore 45 min à attendre. Ma sœur va sortir à 18h. Elle étudie au lycée voisin. Nous allons  nous tenir mutuellement compagnie.

Zut ! Cette névralgie est de retour… Je t’écris en gouttelettes parce que mon épaule me fait mal et ma main tremble.

Veux-tu parler entre temps ? Tu sais, il m’arrive des fois de souhaiter croire que tu existes vraiment … que je devienne vraiment schizophrène pour une heure et qu’on puisse se parler en face à face…

Mais que faire alors que je sais que tu n’es pas autre que mon Moi, isolé, loin de mon ça et mon surmoi qui ne cessent d’interrompre. Pas de bonnes manières, ces deux-là !

Alors, crache le morceau ! (oui la douleur me rend impatiente)

Tu faisais quoi tout ce temps ?

Moi, je te fuyais… Parce que je ne te trouvais plus, où bien je ne voulais pas te trouver, pour être franche, parce que .. je suis lasse… « 80 ans-ment » lasse !

A vrai dire, je suis sur une toupie, qui tourne à une vitesse éclair… dans sa place, ne bougeant pas. Chaque jour, je meurs et reviens à la vie mille fois. J’en ai tellement le vertige que je ne sais plus si je suis vivante ou morte.

Oui, c’est moche, tu as raison.

정국[2] me dit de ne pas souffrir… 알았어 정국아[3] !

Okay, je pense que je dois arrêter d’écrire si je veux dormir le soir.

A la prochaine…

[1] Je t’assure !

[2] Junguk

 

[3] D’accord.

Suis-je ….?

 

Entre le monde où nous vivons et le monde où nous croyons vivre, une large plaine s’étend.

La société arabe généralement, marocaine spécialement,  est un tourbillon de phénomènes, à l’apparence sociale derrière laquelle se cache l’aspect pathologique de la situation.  Des phénomènes qui se contredisent et s’entrechoquent les uns contre les autres.

On nous a enseigné un jour pas plus lointain qu’hier, qu’il existe une différence entre le fait d’être paranoïaque, névrosé et   schizophrène.  Certes, ces pathologies se rencontrent dans des aspects communs, et c’est pour ce fait qu’il est difficile de distinguer les unes des autres.

Un paranoïaque a peur de tout ce qui est extérieur de son organisme. Il a peur des autres et s’attend au pire de leur part. Penser au futur dépasse chez lui le « gentil » soucis qui génère chez l’esprit cette envie de réussir et d’atteindre le zénith du succès. C’est une torture qui lui fait l’effet d’être coincé entre deux murs, qui se rapprochent l’un de l’autre, doucement, et qui l’écraseront certainement.  Une personnalité hyper sensible caractérise les paranoïaques, et ils ont tendance à croire que tout le monde cherche à leur faire du mal.

Un Névrosé, selon Freud, est une personne dont la fonction synthétique de la personnalité, dite le Moi, est témoin d’un conflit à deux sens, entre ses forces pulsionnelles (le « ça ») d’un côté, et le surmoi qui garde les frontières de l’interdit, d’un autre.  Un des symptômes les plus fréquents chez les névrosés, est l’agressivité et la difficulté relationnelle, résultat du choc interne sans aucun doute.

Quant au schizophrène, on le repère plus facilement si l’on accorde plus d’attention à ses réactions à l’extérieur. En guise d’exemple, un homme qui a tendance à mal interpréter les faits et à en tirer des conclusions clairement erronées pour une personne normale,  un homme qui  ne fait pas la distinction entre ce qu’il veut et ce qu’il ne veut pas, qui se croit le centre du monde et que toutes les forces des ténèbres le prennent comme cible… C’est certainement un schizophrène ! Un névrosé schizophrène pour être plus précise.

On nous a présenté ces « phénomènes » de la folle ingéniosité de l’esprit humain, sous un aspect unidimensionnel. Or, la réalité, la société marocaine, disant les jeunes surtout ne souffrent pas d’une seule de ces maladies. Ils en souffrent toutes à la fois.  Ce n’est pas un schizophrène qui s’assoit à côté de vous, à l’instant, en train de lire aussi peut être, ces quelques lignes sans pour autant s’y reconnaitre, car il y a de fortes chances qu’il soit un « schizo-névrosé-paranoïaque ». Oh que si !

Discutons plutôt ceci, par le biais d’exemples qui peuvent enlever l’atmosphère disant grisâtre et brumeuse de cette « mini-thèse », si l’on peut se  permettre de l’ainsi considérer.  Je me contenterai, cependant, de zoomer l’observation sur nous, les étudiants de cette école injustement étiquetée « féminine ».

Je donnerai l’exemple d’un jeune homme dont le comportement a vivement attiré mon attention.

Disant qu’un jour que je sirotais paisiblement mon lait au chocolat, cet étudiant s’installa à la table voisine à la mienne, avec  son compagnon. Il avait apporté un verre de thé. Son ami, lui, avait opté pour le café. Le premier ne semblait pas content et hésitait. Je l’ai même entendu exprimer son envie de café, lui aussi, mais repoussa la proposition de son ami d’aller en acheter un au lieu de son thé. Quelques minutes après, une fille, se plaignait à sa copine qu’il n’y a plus de café, au comptoir ! Ceci fit à notre ami un effet de diable. Au fond de lui la frustration était si brulante qu’elle lui débordait des yeux et ses gestes explosaient en confusion.  C’était clair : Il voulait le café mais avait choisi le thé finalement. Il ne l’a pas choisi  parce qu’il le désirait. Il croyait le désirer et le préférer au café mais les minutes d’après ont prouvé le contraire.  Notre ami a été incapable de savoir ce qu’il voulait : café ou thé.

N’imaginez pas que j’ai tout inventé, non ! J’ai bel et bien été témoin de pas mal de ces scènes, sauf qu’il ne s’agissait ni de café ni de cette ignoble liqueur qu’on essaye toujours de nous faire croire que c’est du thé. Le sujet de choix était encore plus grave. Un thé ou un café sont facilement retrouvables, c’est la chose qui ne manquera jamais au Maroc. Or, certaines  choses, sujettes de notre besoin le plus puissant, sont définitivement perdues.  Cependant, les schizophrènes que j’ai  remarqué au sein de cette école mystérieusement   ravissante ne se sentent pas dérangés le moins du monde et reprennent de plus belle leur train-train habituel de manies pathologiques.

Réveillez-vous, voyons et voyez la réalité en face ! Vous êtes assez murs pour pouvoir prendre vos décisions, non ?! Le temps cour, les jours se pourchassent,  les visées s’éloignent encore plus lorsqu’on traine le pas. Un homme, un étudiant de votre calibre doit tenir ses choix en main, et non pas se laisser tenir la tête par des choix qui se le partagent comme un agneau !

La paranoïa n’a jamais existé que pour ceux qui se cachent derrière leur peur pour se  justifier leur incompétence et leur flemme pathétique.  Pourquoi avoir peur d’un futur qui n’existe pas encore, qui n’est qu’une histoire dont la source est vous-même ? Le chômage n’est qu’un cauchemar qui prend forme lorsqu’on décide d’y penser.  Vous aurez une carrière d’enfer si vous vivez le présent comme il devrait être vécu, et travaillez sérieusement et courageusement, chassant cette peur ridicule qui amortie votre rendement.

Maintenant, si vous ignorez mes dires, et baissez les bras devant l’assaut de cette paranoïa féroce et cette schizophrénie ridicule, vous invitez délibérément  la névrose à prendre sa part au spectacle et vous détruire, à petit feu. Car, rares sont les cas où ces trois pathologies ne se tiennent compagnie dans l’esprit d’un humain.

Vous direz probablement que tout ce que j’ai dit n’a pas de sens.  D’accord. Seulement, attention ! Le jour où ça aura un sens à vos yeux… ça sera peut-être trop tard pour  que ce que j’ai dit ait son effet préventif…. A bon entendeur !

Il est temps de se poser la question : Suis-je un schizophrène ?

Un matin de mutante

Ce matin, mon amour de réveil  m’a si tendrement  réveillée lorsque l’heure a dépassé la septième d’un bon quart d’heure.  Je me suis trouvée debout, comme rejetée par mon lit. C’est injuste !  Toute la Terre semblait encore dormir et même le soleil venait juste de se lever! Bon, je me consolais en me disant que je devrais être autant indispensable pour le monde que ne l’est le soleil…probablement.

Une demi-heure après, c’était trop tard pour faire le long trajet qui me sépare de la station du Bus, encore plus pour prendre un taxi… ces Taximen Statis si sadiques -à l’exception de certains bien entendu- se refusent catégoriquement au secteur des facultés, surtout lorsqu’on est  le seul malheureux étudiant aux parages…

Bref, j’y songeais pendant que je nouais la ceinture de mon manteau, et là ça m’était venu le désir, un peu fou et naïf  – je ne vous contredirai pas- d’avoir le don de me téléporter ! Oui ! Fermer les yeux sur le rose sucré des murs de ma chambre et les rouvrir une seconde après sur la brume glaciale de la cour de l’école ! Je fermai les yeux dans un « ouf » exaspéré de cette pensée vraiment frustrante… je devais prendre mon sac à main et mon classeur et me lancer dehors illico. Sur ce,  j’ouvris les yeux… J’étais debout au milieu de la buvette de l’école… Bouche bée, incrédule, ahurie… Tout ce que vous voulez.

Mes camarades de classe n’ont pas fait attention à mon apparition « à l’anglaise », vu qu’elle fut camouflée par la foule qui m’écrasait sans merci, et moi, la pauvre, j’y mettais les mains et les pieds pour me libérer de ce pressoir humain. Et là, je réalisai avec angoisse que mes mains étaient étrangement plus libres que d’habitude.

Evidemment ! J’ai oublié mes affaires sur mon bureau tout à l’heure avant de me … téléporter !

Waw ! C’est génial, je suis anormale !… Enfin pas anormale, mais je me téléporte mon Dieu ! C’est un truc de dingue ! Les filles seront drôlement étonnées…

Il fallait que je retourne chez moi afin de reprendre mes affaires. Je refermais les yeux et retenais mon souffle… et hop ! Je suis à nouveau chez moi, dans ma chambre. Le lit défait me faisait des clins d’œil que j’ignorais hautainement… Je fais partie des X-MEN maintenant, le sommeil ne me forcera plus. Je rassemblai mes affaires dans mon sac et m’attardais un peu dans la cuisine. Une bonne tasse de café avant de sortir semblait une excellente idée. Inutile de me  presser, il n’était que huit heures moins dix, et grâce à mon  pouvoir de «Diablo», une seconde me suffirait  largement pour arriver à temps et prendre ma place habituelle au premier rang.

Lorsque j’appuyais sur la poignée de la porte, elle était fermée à clé. Je l’avais fermée hier avant de me mettre au lit. Je cherchais dans mon sac, regardais sur la commode  du vestibule, ou encore sur mon bureau… en vain ! Elle s’est évaporée !  Surement je l’aurais perdue lorsque j’essayais de me dégager de la foule, quelques minutes plus tôt …

Je décidai de partir d’abord puisque le temps pressait … l’affaire de la clé serait réglée plus tard. Et dans un élan de confiance en mon don de mutante je fermai les yeux et les rouvris…

Zut ! J’étais toujours à ma place. Je réessayais. Zut ! Zut ! Zut ! J’allais rater le cours de 8h…. Pire, j’étais prisonnière chez moi, pour une durée non déterminée !!

Je m’adossais à la porte brutalement dans un excès de  désespoir. Pour une demi-seconde, j’ai eu la sensation magique de m’être plongée sur le dos dans un fluide intangible, et ce fut un écrasement des plus inopinés que je n’ai jamais eu de ma vie. Une demi-seconde plus tard, j’étais étalée de tout mon long sur les marches de la cage d’escaliers, de l’autre côté du mur ! Mon dos me faisait trop mal et c’est à peine que je pouvais me mettre debout sur mes deux jambes…

Mince ! Plus d’obstacle ! Et puis, cette clé qu’elle aille au diable ! Je dévalais les marches qui restaient et ouvrai la porte de l’immeuble. C’était moins cinq ! Je me lamentais sur mon sort, inutile d’espérer que j’y arrive à temps, et le professeur surement m’en fera un long discours bien formulé pour l’occasion.

Je me débrouillais tant bien que mal à arriver à l’école … avec une demi-heure de retard, mais je réussis quand même à traverser le mur au fond de la classe, sur mes genoux bien entendu, et me faufilais jusqu’à m’assoir sur une chaise, à un moment de distraction du professeur.

Décidemment, c’était mon jour de chance… ou pas ! Il avait posé une question et il me pointais de son doigt et m’ordonnait de répondre. J’étais prise au piège. Et c’est là que s’écoulaient dans ma tête, à grands flots, une multitude de voix hétérogènes… Ce mec qui me regardait de ses yeux ronds semblait bien l’émetteur de ces idées encourageantes, car le bonhomme se disait que je ferais bien la bête noire du prof pour ce semestre… Ah oui ! Dans tes rêves, gros plein de vide ! Je reconnu aussi la voix de mon amie, qui me regardais d’un air effaré, elle se demandait, en fait, à quel miracle fallait-il croire pour expliquer mon apparition abracadabrante, là sur ma chaise, au sein de la classe, alors que je  n’y étais surement pas au début de la séance. Ah ! ça elle le jurerait sur la tête de son grand père s’il le fallait !… Baisse ta voix, l’amie por favor !… J’ai besoin de cette réponse, donc soit tu l’as soit tu te tais…. c’est bon elle a dû m’entendre elle aussi, car ses yeux se sont agrandis et dans sa tête c’était le bordel…

Heureusement, les pensées du prof étaient plus fermes, elles s’affirmaient et creusaient leur chemin vers ma tête comme sous la force d’un aimant…. Merci, télépathie !

Il se désolait en fait, sur le manque d’intérêt que portent ses étudiants à son cours, ce n’est pourtant pas sorcier ce qu’il disait, car quelle est cette personne qui ignorera l’année de la crise économique de wall street! Quand même ! Il a raison le prof ! Et je n’allais pas le décevoir !

C’était en 1929, monsieur !

Bravo ! Mademoiselle !

Et je l’ai échappé belle. Non seulement il ne s’était pas aperçu de mon retard, mais aussi me gratifiait-il de ses hommages… ridicules, désolée ! Et alors, je ne serais pas sa bête noire… Enfin presque !

Car voilà que mon portable sonnait, son bruit était très profond comme s’il venait du fond d’une caverne … je cherchais nerveusement dans mon sac … je cherchais je cherchais et ma main tâtonnait à l’aveuglette … puis ce fut un choc géant comme si ma chaise fondait au-dessous de moi et je me précipitais dans un abime !

Oui, je me précipitais, en effet, mais pas dans un abime. J’étais au pied de mon lit, les deux bras en croix sur ma poitrine, l’esprit sur la défensive.

Encore alourdis  par le sommeil, j’ouvris mes yeux avec grand peine… Mon portable gisait par terre, à quelques mètres de ma tête. Il était sept heures moins quart…

Le baromètre a encore explosé !!

Mots-clefs

, , ,

Ca y est! c’est un constat Je m’énerve vite et je perds le contrôle de mon corps !! Pour toute la journée j’étais zen, tranquille et gaie… Il s’en est fallu de peu pour que mon frère cadet se mette à faire la tête de mule pour que mon baromètre explose !! En une seconde j’étais en train de l’engueuler alors que je venais juste de le supplier, les nerfs au pôle nord  … pff!!! Pire, les muscles qui entourent mes reins se sont mis en boule me laissant coincée de douleur ! Je m’inquiète pour ma santé maintenant ! Non sérieux il me faut une TCC* … L’ironie, c’est que j’étudie actuellement une partie de 10 chapitres qui parle des Thérapies Comportementales et Cognitives… Il faut que je fasse une fiche ABC … Il est bien temps ! *Pour plus de détails sur les TCC, laissez un commentaire ci-dessous.

Mathédiction !

Mots-clefs

, ,

C’était un cours de recherche opérationnelle. Les mathématiques l’ont toujours fascinée. Les chiffres lui ont toujours prouvé que rien dans la vie n’est fortuit, tout est calculé dans ses détails les plus minuscules, et ses molécules les plus primaires sont là où elles sont, en réponse à une loi quelconque.

La vie admet tous les ensembles de nombres des mathématiques. L’ensemble N, cet enchainement  biologiquement logique  de la vie de l’homme, que tout être humain pourrait vivre dans l’état normal des choses, qu’il soit homme ou femme, noir ou blanc, riche ou pauvre, géni ou de modeste intelligence… Il marchera dans sa deuxième année et  il parlera la langue de son entourage. Lorsqu’il soufflera sa quinzième bougie, le monde prendra une apparence étrange à ses yeux, et il cherchera à déchiffrer ces mystères qui se refusent à toutes inquisitions. Ses vingt ans échoueront sur un rivage inconnu, et il devra se décider à se lancer enfin hors du nid parental.

Mais dans la vie, le prévu n’est guère la norme, ni l’égalité non plus, autrement, la société humaine ne vaudrait pas  mieux qu’une armée de robots modélisée, aux formes et mouvements standards. La vie pratique la discrimination, et la clame tout haut, au-delà de tout pressentiment, tournant le dos aux plus faibles et caressant les fourrures des richards. Elle s’amuse à relativiser ses attitudes, manie capricieuse, soit! Les mathématiques ne le sont pas moins, L’ensemble Z en est le témoin  à charge ….

Les relations interpersonnelles sont l’ensemble D de la vie. Cet ensemble lui a toujours évoqué l’image du puzzle, dont chaque pièce ne vaut rien sans les autres. Un chiffre décimale, et donc non entier de nature, a besoin d’un autre confrère pour devenir entier, ainsi un 9,9 a besoin d’un décimal pour devenir un 10 entier, même si ce décimal n’est qu’un médiocre 0,1. En parallèle, nul n’est parfait  à l’absolu dans la vie. On a tous besoin de ces autres « moi » qui cicatriseront nos fêlures, cette famille au sein de laquelle on devient un être humain au vrai sens du terme, n’a-t-on pas dit que l’Homme est un être social ?

La dernière fois qu’elle a ressenti l’injustice flagrante du vécu, c’était en marchant comme est son habitude, chaque soir vers le foyer. Elle a vu ceux qu’on aligne injustement aux valeurs aberrantes des mathématiques, ces mutations qui selon certains, devront être anéanties. Elle a vu un enfant, marchant pieds nus dans la boue, dans le froid cruel du soir, n’ayant d’habit que ces vilains morceaux de toiles sales, puant la misère et l’injustice… L’injustice, oui ! C’est le mot !

Ou encore ce vieil homme, déraciné et presque piétiné par les passants. Où sont passés ceux qui ont été un jour sa famille ? Sommes-nous, à ce point, égoïstes et effrontés ! L’humanisme n’est donc plus qu’un conte de fées, une légende dans les cœurs des contemporains ? C’est le « i »  vicieux – mais existant pourtant- du fameux ensemble C …. Un chiffre  dont le carré  devrait être positif, mais par « destin », on lui scotche un signe moins pour toute la vie… une mutation flagrante mais qu’on refuse de la reconnaitre pourtant.

Le professeur était en pleine bataille avec une équation qui avait l’air très loin de se rendre, lorsqu’ elle remonta à la surface de ses méditations ….

« Inutile, monsieur ! C’est un piège … Laissez le monde respirer à nouveau l’air vide de ces chiffres toxiques …. »

Le prix d’un diplôme 3

Mots-clefs

, , , , , , , , ,

 

 

C’est déjà Septembre. Ce mois rime avec poésie, tapis de feuilles d’arbres jaunies, la rentrée à l’école et les cahiers neufs. C’est aussi le synonyme d’un ciel gris humide, londonien. 

Mais depuis quelques temps, Septembre a changé. C’est l’extra-stay de l’été, le prolongement des jours chauds, du soleil ennuyeux. On dirait que c’est toujours la même saison. 

Depuis Avril, c’est la toujours la même saison. Du moins chez moi. Car j’ai toujours le coeur chaud … très chaud à en exploser. J’ai toujours cette espèce de vertige à chaque fois que je me projette dans l’avenir. J’ai toujours le mal du pays, des gens, des discussions… J’ai toujours  le mal de la vie, de ma vie. 

Et pourtant, c’était en Avril que ça a commencé, et j’espérais que les saisons qui s’écoulent arriveront quand même à faire disparaître ces brûlures qui m’ont assez fait souffrir … Tout comme le fait  le va et vient de la marrée. Septembre est chaud cette année là! 

Une chose a changé pourtant! J’ai eu le diplôme. Sympa non? Maintenant je suis une jeune gestionnaire qui essaye de se gérer le mieux possible pour avoir un boulot qui va la faire grandir, car, je le souligne bien, je ne veux pas un job où je vais vieillir. 

Bref, travailler. Mais depuis que je me le demande, pourrais-je jamais travailler et réussir ? Le spectre de mon stage réapparaît , gris et sentant le moisis et les chaussures. J’ai peur -mais une horrible peur- de l’échec. Mon dernier échec, s’il en existe vraiment,  me torture. Mon bourreau est un petit bureau gris et une chaise noire, Un mur en verre et une lumière floue… Un bruit de verrou automatique et de porte qui s’ouvre soudainement. Mon bourreau est là, dans ma tête. Il dort pas, lui, il attend que je dors pour qu’il fasse son travail… Me harceler. 

 

 

 

Le Prix d’un diplôme 2

C’était le trajet le plus long et le plus horrifiant de ma vie. J’ai essayé de m’endormir à maintes reprises, mais le bruit de la publicité qui jacassait au dessus de ma tête là où j’étais assise dans le bus, s’y ajoutaient les secousses brutales de ce dernier découpaient mon petit repos en miettes frustrantes.

On arriva enfin. « On » parce que je n’étais pas seule. Papa  m’accompagnait, m’escortait plutôt. Je tremblais de terreur comme aurait tremblé un condamné à mort dans son chemin vers l’échafaud. J’avançais à pas mourants, espérant… Priant qu’un incident quelconque nous empêche de continuer notre chemin vers le cabinet où je passe mon stage. Pour une raison inconnue, Dieu ignora mes prières ce jour là.

Lorsqu’on fut arrivés à la porte du cabinet, papa me laissa. J’entrai. J’essayais de sourire. Au regard inquiet de l’assistant de direction, je compris que mon sourire n’était pas convaincant, mais je m’en moquais à l’heure qu’il était…

Mes jambes tremblaient, mon cœur martelait ma poitrine. L’air devint encore une fois solide ou bien  c’étaient   mes narines qui se sont rétrécies… Je suffoquais déjà.

Là où je me suis installée dans mon bureau, le bruit de mes efforts de respiration m’embarassaient. Inutile de voir l’un ou l’autre montrer leur compassion et entendre des suggestions du genre: « Tu es malade, rentre chez toi », Car je savais que je suis malade, you don’t say ! Quand à rentrer à la maison, NON! Parce que si je rentre maintenant, ma peur aurait eu raison de moi, ce que je n’accepterai jamais.

Je m’enfermais alors dans la salle des réunions et ouvrit une fenêtre face à laquelle je m’installais. J’avais besoin d’air … Beaucoup d’air … J’emplissais mes poumons de cet air frais et le plus je respirais le plus j’en demandais encore. Après 15 minutes de suffocation, la délivrance! Je fondis en pleurs. Tout mon corps pleurait. Mes mains fourmillaient. J’étais finie.

à suivre….

 

Le Prix d’un diplôme !!

Image

 

Salam cher lecteur,

Nous sommes Mercredi 16 Avril, et j’attends le samedi avec impatience… Il faut dire que ma force se consomme et il n’en reste  plus que quelques gouttes.

Que se passe-t-il? Et bien je suis confuse, cher ami et ne sais pas par quoi commencer…

Le Vendredi 04 Avril, j’ai eu la plus horrible réunion de ma vie. J’y ai reçu le plus de critiques cassantes que mon âme sensible pourrait supporter et une réunion à préparer pour le lundi comme cadeau … J’en suis sortie l’esprit battu, la tête en feu, je ne savais plus ce que je pourrai faire pour sortir de ce panneau où je me suis précipitée la tête la première…. Dans ma tête une seule neurone gémissais tandis que toutes les autres se sont évanouies: Je suis une loser, et je resterai une loser !

A mes propres yeux, mon avenir était condamné, il n’y a que la maison qui m’attend.. Jamais de boulot jamais de sorties … Jamais rien de tous ce dont je rêvais depuis mon enfance et motivait mes labeurs…

Rentrée le soir, je pleurais à flots. La maison était sombre, les murs froids, l’atmosphère lourde de deuil… J’étais son deuil.

Quand il était temps de dormir, l’angoisse me prit à la gorge.. Je suffoquais, mon coeur tremblait et j’avais honte de demander à papa de rester près de moi et de me lire le coran jusqu’à ce que le sommeil arrive… Ce que je fis finalement.

Mes parents…. Je ne sais pas ce que je deviendrais sans eux. Ils étaient ( et sont toujours) ma planche de sauvetage.

Le lendemain à 8h j’étais déjà réveillée, l’angoisse me pesant sur la poitrine et  le jour coula sans que j’eu avancé dans mon travail.  J’ai essayé je te jure, mais mon cerveau était bloqué … la panique l’a bloqué !!

A 3H du matin je m’endormis en pleurs, tous les muscles crispés… Pathétique!

Dimanche se poursuivit sur la même cadence, et l’angoisse battait son plein. c’est avec grande peine que j’ai pu terminé le travail.

Lundi, la panique s’est réveillée avant moi et m’a jetée hors de mon lit à 6h du matin. Seul refuge: Les bras de papa! Il a essayé de me calmer mais en vain. je délirai: je t’en supplie, laisse moi rester à la maison! J’ai peur !! je ne veux pas y aller !!

– A suivre –